Découvrez nos laines !

La filature de Chantemerle est engagée dans un processus beaucoup plus global que la simple production textile. Avec le réseau de coopératives européennes Longo Maï et les acteurs essentiels de l’agriculture paysanne, elle a contribué à développer une filière laine cohérente et créatrice de liens.

Une partie de la laine transformée à la filature provient ainsi des différents élevages des coopératives Longo Maï, en Provence, en Suisse ou dans l’est de l’Allemagne.  Pour compléter, nous collectons aussi des laines de qualité et de couleur variées chez nos éleveur.se.s associé.e.s qui nous confient souvent leur laine d’année en année. Cela nous permet de proposer une variété de produits faits avec des fils mélangeant une ou plusieurs laines issues de différentes races de moutons. 

Le mouton et l’humain, une longue histoire 

Nos laines sont issues de races de moutons rustiques et locales. Il existe des centaines de races de moutons différentes en Europe. L’humain et le mouton sont étroitement liés depuis des millénaires, et l’on peut dire que chaque race de mouton est le fruit d’un long et patient travail de sélection de l’homme depuis le néolithique. 

Chaque race de mouton est liée au milieu, aux sols, à la végétation et aux climats de la région où il a accompagné l’homme, au fil des siècles. La laine de chaque race est également liée à des techniques de transformation, pour se vêtir ou s’abriter. 

Le retour à une fibre plus naturelle 

“Avec la découverte des fibres synthétiques et les évolutions des modes de vie, la laine a été peu à peu oubliée et négligée depuis une cinquantaine d’années. Cette ressource naturelle textile, renouvelable et à forte valeur écologique, reste aujourd’hui une matière essentielle aux propriétés inégalées et une source d’inspiration. Facteur de confort, de santé et d’économies d’énergie, la laine trouve toute sa place dans l’habitat comme dans l’habillement.” C’est pourquoi nous prenons soin de la filière laine. 

La pollution engendrée par les fibres des vêtements synthétiques et les traitements chimiques du coton est une catastrophe écologique. Repenser notre relation au vêtement est aujourd’hui nécessaire.

Les couleurs naturelles de la laine 

Les habits et accessoires que nous réalisons à la filature ont la couleur de la fibre naturelle de différentes espèces de moutons. Il s’agit de laine écrue sans aucun ajout de teinture ni traitement. Nous choisissons soigneusement nos laines pour chaque modèle de vêtement réalisé. Robustesse, lustre, longueur des fibres, finesse du poil, etc. : les coloris de nos pulls sont le résultat d’un mélange de laines savamment dosées. Plus de 40 ans d’expérience nous ont permis d’élaborer des produits adaptés : résistants, confortables et seyants.

 

Quelle race de mouton pour quelle qualité de laine ?

 

Du mouton au pull : voici une brève présentation des races de moutons dont sont issues nos laines. Les troupeaux sont constitués en très grande partie de brebis qui sont tondues en général avant la mise-bas et la lactation pour garantir une fibre sans cassure. Dans le langage courant, mouton est un nom générique regroupant les brebis, les agneaux de différents âges et les béliers. En fait, un mouton est un mâle castré ou non de plus d’un an. Ils sont rares dans les troupeaux modernes.

Voici un petit aperçu de différentes races de moutons :

 

Le mouton Bizet

Le bizet est un animal rustique de moyenne montagne. La race compte environ 9 800 brebis réparties principalement dans le Cantal, la Haute-Loire et les régions voisines. La toison bizet est de couleur beige, jarreuse et la mèche est courte.

Le fil dit “Bizet” est obtenu exclusivement avec cette laine: sa couleur beige ne résulte pas d’un mélange ni d’une teinture.

Le mouton Est à laine Mérinos

Originaire d’Allemagne, cette race a été introduite en Alsace-Lorraine à la fin du 19è siècle. Il y a aujourd’hui 50 000 brebis “mérinisées” (dont la lignée a été croisée avec des mérinos) dont 30 000 en race pure et 4 200 contrôlées, réparties dans le grand quart nord-est de la France. Quelques troupeaux sont élevés dans le sud-est.

La laine mérinos de l’Est est à la base de nombreux mélanges que nous utilisons dans nos fils. Mélangée à une laine plus foncée, on obtiendra ainsi des gris plus ou moins clairs.

mouton est à laine mérinos

Le mouton Mérinos d’Arles

[:fr]mouton laine mérinos dans prairie de coquelicot et de sainfoin[:]

C’est une race ovine rustique de petit gabarit, adaptée aux grandes transhumances et à la conduite en très grandes troupes. On la retrouve de juin à octobre sur tout le massif alpin, puis elle pâture sur les prairies de la Crau d’octobre à mars, et enfin sur les coussouls de la Crau de mars à juin. Le berceau de la race est le pays d’Arles en Provence.

La coopérative de Longo Maï à Limans élève un troupeau de 250 mères dont la laine se retrouve dans plusieurs produits de la filature nécessitant une laine particulièrement fine, comme les robes, les pantalons ou les chemises.

Le mouton Mérinos Noir du Portugal

Le Mérinos Noir est un animal de taille moyenne. A la fin de 19e siècle la plupart des Mérinos du Portugal étaient noirs mais leur nombre a depuis décliné.

La coopérative Longo Maï à Limans mélange des mérinos noirs et blancs dans le même troupeau. A la descente de l’alpage, il faut bien veiller à séparer les deux couleurs avant la période de reproduction: à chaque troupeau ses béliers !

Mérinos noir du Portugal

Le mouton Noir du Jura / Roux de Berne

mouton noir du jura

C’est un mouton de race suisse rustique et résistant de taille moyenne avec une bonne aptitude à vivre en de montagne. Les troupeaux de petite taille sont essentiellement tenus par des éleveurs à temps partiel. On peut distinguer deux types de couleur de toison : une plus foncée tirant vers le noir, la plus répandue, et l’autre roux/beige.

Nous collectons pour la filature plusieurs tonnes de cette laine dans les environs de la coopérative Longo Maï du Montois, dans le Jura suisse. 

Le mouton Gris de Poméranie

Cette race de moutons rustiques d’Europe de l’Est, à la frontière entre l’Allemagne et la Pologne, possède une toison d’un coloris gris vert bleuté surprenant et raffiné. La rareté de l’élevage de cette race ovine ne nous permet pas de produire suffisamment de fil pour une production continue. En outre, cette race à la laine rugueuse est élevé pour la viande et l’entretien des prairies : cette laine grossière est réservée pour des capes ou des vestes. 

La coopérative Longo Maï d’Ulenkrug fournit la laine d’une cinquantaine de bêtes à la filature.