Que faire avec une toison de laine brute de mouton ?

Certains petits éleveurs ont quelques moutons et ne veulent pas jeter leur laine, ils se demandent quoi faire avec une belle toison de laine brute. Il n’est pas rare qu’on sollicite la filature de Chantemerle pour un don de laine de mouton ou pour du travail à façon. La réponse que nous faisons généralement, c’est que nos installations ne permettent pas de filer de si petits volumes de laine. Nous leur proposons donc en général plusieurs possibilités : s’associer avec d’autres éleveurs et trouver des transformateurs qui travaillent les petits volumes de laine ou apprendre à trier leur laine et découvrir les métiers de la transformation lainière. Il est également possible de transformer une toison sans grandes connaissances et avec très peu de matériel. Voici quelques pistes pour tous ceux qui ont la matière laine dans le sang.

 

Les usages domestiques de la matière laine

 

De très nombreux usages sont possibles au quotidien avec de la laine brute de mouton. Il n’est pas absolument nécessaire d’avoir du matériel pour laver la laine, puisque la laine sale, ou laine en suint, est utilisable en l’état pour de nombreuses occasions, notamment au jardin. La laine propre, quant à elle, trouvera de nombreux usages dans la maison.

 

Utiliser la laine en arboriculture ou au jardin

 

La laine sale peut-être utilisée dans un verger ou au jardin. Vous pouvez même utiliser de la laine souillée de crottes comme un compost, qui est plein de nutriments pour les plantes.

 

Laine en suint dans le jardin : comment l’utiliser ?

 

La laine brute non lavée peut faire un excellent paillage et remplace la paille, les écorces ou le carton dans les cultures sous paillis. En appliquant une grosse couche de laine sur la zone à traiter, vous protégez vos cultures des mauvaises herbes. Cette couche protectrice permet également de conserver de l’humidité au pied des jeunes plants, des salades, des choux, etc. En hiver, la laine est excellente pour protéger des plantes fragiles comme des rosiers ou de la verveine, veillez cependant à la protéger de l’humidité. Si vous désirez utiliser la laine comme engrais, mieux vaut la mélanger avec d’autres matières organiques plus compostables pour accélérer la décomposition, comme des déchets de cuisine ou de toilettes sèches.

 

La laine au verger : répulsif et fertilisant

 

La laine est un répulsif pour certains nuisibles opportunistes qui s’installent dans nos cultures. Les mulots et les taupes la détestent. Quelques mèches de laine sale accrochées aux branches des jeunes arbres aurait même la propriété d’éloigner le gibier. Comme au jardin, un tas de laine au pied des plantations permet d’éviter les mauvaises herbes, de garder le sol humide et, grâce à sa décomposition lente, fait un très bon engrais retard. La laine à en effet l’intérêt d’être biodégradable, lentement, mais sûrement.

 

La laine en isolation : une vraie fausse bonne idée ?

 

Les capacités thermiques naturelles de la laine, son faible coût et son impact écologique parfait nous invitent à utiliser la laine dans le bâtiment, pour isoler des constructions écologiques. Est-ce vraiment une bonne idée ?

La laine sale, par son odeur forte de mouton, est utilisée de préférence à l’extérieur, pour isoler par exemple des abris de jardin, des petits bâtiments agricoles ou des cabanons. Le principal ennemi de la laine, c’est la mite. Évitez donc d’utiliser la laine en isolation à l’intérieur de la maison sans traitement anti-mite. Comme beaucoup d’isolants écologiques, le traitement anti-insectes utilisé est l’acide borique. Cette substance n’est pas sans dangers et de grandes précautions sont requises avec la manipulation du borax.

En revanche, la laine est un très bon matériaux pour isoler des tuyaux d’eau ou de gaz, pour les protéger du gel ou éviter que du froid rentre dans la maison. Bien que la laine soit difficilement inflammable, évitez d’entourer les tuyaux très chauds ou les installations électriques sans utiliser de gaines adaptées.

 

Utiliser de la laine propre dans la maison : libérez votre imagination !

 

La laine brute lavée est une merveilleuse source d’inspiration, tant son toucher est agréable et sa texture évoque le confort et la chaleur. Voici un petit échantillon d’idées pratiques :

  • Rembourrer des coussins, des poufs, des polochons, matelasser le panier du chien ou du chat,
  • Fabriquer des petits objets à rembourrer, comme des poupées ou des doudous,
  • Faire des ateliers de bricolage avec les enfants,
  • Créer de petits objets décoratifs en feutre, et même des objets utilitaires comme des maniques en feutre par exemple,
  • Tapis pour graines germées,
  • Nettoyer l’argenterie ou cirer les chaussures.

La laine est très sensible aux mites. Ces insectes détestent le mouvement et la lumière. Utilisez les objets en laine et ne les stockez pas trop longtemps dans l’obscurité. Stockez les dans des sacs hermétiques avec des huiles essentielles de lavande, citronnelle, cèdre ou neem.

Comment laver de la laine brute chez soi ?

 

Le but de cette étape est d’enlever le suint gras présent sur les fibres de la toison. Les pailles et autres salissures partiront au cardage. Pas de recette miracle : du bon sens et de l’huile de coude.

 

Première étape : trempage de la laine en suint

 

Si vous préférez ne pas salir votre salle de bain, installez un baquet ou une vieille baignoire dehors. Mettez à tremper quelques heures la toison dans une eau tiède à 30° C. Ajoutez des cendres de bois blanches, bien consumées, qui vont se transformer en savon bio avec le gras de la toison. Mélanger délicatement et amplement. Ne perdez pas de vue que les frottements risquent de feutrer la laine, qui ne sera alors plus possible de carder ou filer.

 

Seconde étape : dégraissage progressif et rinçage de la laine

 

Il vous faudra alors plusieurs bacs d’eau avec du liquide vaisselle dégraissant : 50° C, 40° C et 30° C. Puis un bac d’eau froide. Si vous avez à votre disposition un bac à linge qui peut entrer dans une baignoire, vous pourrez garder le même bac, en changeant l’eau. Pour cela, prenez un panier à linge et percez le fond avec une perceuse pour que l’eau puisse s’écouler.

Respectez toujours le principe de ne pas frotter la laine. Trempez le bac rempli de laine dans le bac, créez un mouvement lent, puis sortez le panier de l’eau, comme d’une friteuse. Trempez alors dans le bas suivant en laissant égoutter l’eau sale entre chaque bac sans trop laisser refroidir la laine, au risque que la lanoline du suint ne se fige.

Si possible, pour le dernier rinçage dans l’eau froide, laissez couler l’eau longuement.

 

Troisième étape : égouttage de la laine lavée

 

Sortez votre panier de son dernier bain et laissez s’égoutter le gros de l’eau qu’elle contient. Pour accélérer le processus, utilisez la force centrifuge : mettez le tout dans un grand drap, comme un baluchon et tournez rapidement sur vous-même : l’eau va s’écouler en douceur.

 

Quatrième étape : séchage de la laine

 

Au bout que quelques heures, vous pouvez étaler la laine au soleil sur un grillage fin ou un tissus. Retournez-la régulièrement pour qu’elle sèche uniformément. Lorsqu’elle est bien sèche, vous pouvez la stocker dans un sac de jute et la tasser pour qu’elle soit plus facile à stocker.

 

Carder la laine à la main

 

Le cardage consiste à démêler et à aligner les fibres de la laine de mouton. Lorsque l’on carde à la main, on utilise deux brosses appelées « cardes ». Ces brosses à carder ressemblent à des brosses pour chiens : elles sont constituées de plaques en bois couvertes de pics métalliques.

Comment choisir des cardes à laine ? Il en existe de différentes tailles. Pour la laine, choisissez des cardes de taille moyenne pour commencer, avec des pics pas trop resserrés pour de la laine standard.

Mettez une couche fine de laine sur une seule des deux cardes, couvez tous les pics. Utilisez ensuite la seconde carde pour brosser la laine, toujours dans le même sens. Lorsque la seconde carde est pleine, refaites cette étape : échanger les cardes et brosser la carde pleine, toujours dans le même sens. À la fin, vous aurez les fibres de laine démêlées et “rangées” dans le même sens.

Enlevez délicatement ce petit voile de laine, roulez-le légèrement et recommencez l’opération avec un nouveau lot.

 

Filer la laine à la main

 

Le filage permet de produire des fils de laine à partir de laine cardée. Cette opération peut se faire à la main, à l’aide d’un fuseau ou d’un rouet. Ces techniques sont pratiquées depuis des millénaires. Très souvent, les bergers et les bergères filaient en gardant les moutons, un peu de laine cardée dans la besace et un rouet et une quenouille à la main.

Filer consiste à donner une torsion et une répartition régulières au fil de laine. Si vous n’avez pas encore d’outils de filage manuels, essayez de le faire à la main : tirez régulièrement sur un petit tas de laine cardée et faites tourner ce fil très fragile entre vos doigts. Vous verrez comme il est délicat de fabriquer un fil régulier et fin.

 

Faire du feutre à base de laine de mouton brut

 

La règle d’or du feutrage est très simple : savon, frottements et chaleur. Pour faire du feutre, il suffit réunir toutes les conditions que vous évitez habituellement lorsque vous lavez vos lainages. Pour bien faire du feutre, c’est une question de doigté, d’essais, d’expérience et de ratages. Connaître quelques règles et astuces permettra néanmoins d’accélérer votre courbe d’apprentissage.

Si vous désirez faire de grandes pièces de feutre, pour un tapis ou un tissus épais que vous pouvez ensuite découper, il n’est pas nécessaire de laver la laine au préalable. Retirez simplement les pailles et autres salissures qui risqueraient de s’incruster dans votre feutrage. Réunissez quelques ustensiles :

  • une toison de mouton brute mais propre,
  • une bâche de la taille de votre pièce à feutrer,
  • deux tissus aux mêmes dimensions,
  • une tringle à rideau, un manche à balais ou un long bambou,
  • du savon ou de la cendre de bois,
  • un arrosoir avec une pomme,
  • une vieille machine à laver.

 

Tendez un tissus sur le sol. Disposez les flocons de laine côte à côte, aux dimensions que vous souhaitez. Vous pouvez utiliser des laines de plusieurs couleurs et créer des motifs. Attention cependant car toutes les laines ne feutrent pas de la même manière et vous risquez d’avoir des problèmes de cohésion entre chaque couleur. Pour éviter ce problème, tapissez le fond avec la laine qui semble le mieux feutrer (moins de poils durs) et mettez la couleur en sur-couche. Votre tapissage peut faire entre 1 cm et plus de 5 cm, tout dépend de l’épaisseur finale que vous souhaitez obtenir. N’oubliez pas que la taille va beaucoup réduire au feutrage : prévoyez plus large.

Préparez environ 10 litres d’eau tiède (pour commencer) avec du savon type liquide vaisselle ou savon de Marseille et des cendres de bois. Les cendres de bois peuvent suffire, car la potasse qu’elle contient se transforme chimiquement en savon avec le gras du suint que contient la toison.

Recouvrez le tapissage de laine avec le second tissu. Arrosez-le uniformément avec l’eau que vous avez préparée. Recouvrez le tout avec la bâche en plastique ou une natte. Posez votre bâton à une extrémité et enroulez délicatement le tout autour du bâton. Vous obtiendrez alors un boudin où la laine humide est prise en sandwich entre le tissu et le plastique. S’il vous reste un pan de tissus libre, il viendra se coller par capillarité, et maintiendra l’ensemble bien tenu. Vous pouvez alors commencer à rouler le boudin sur le sol, comme un rouleau à pâtisserie. Cette étape est longue. Choisissez une bonne musique dynamique et roulez en rythmes, sur une largeur de 50 cm, pour rouler toute la surface du cylindre.

Changez régulièrement le sens du boudin : dépliez l’ensemble, mettez le bâton à l’autre extrémité et enroulez à nouveau. Cela permet d’homogénéiser la densité des frottements. Tout au long du feutrage, ajoutez régulièrement de l’eau tiède savonneuse : ni trop sec, ni trop humide, vous le sentirez.

Au bout du temps nécessaire, jusqu’à une heure, vous serez surpris de voir un joli tapis feutré à la place des flocons de laine que vous aviez laissé au départ. Si vous avez une machine à laver assez grande et solide, qu’on trouve dans toutes les bonnes déchetteries, vous pouvez passer votre pièce à la machine pour intensifier le feutrage.

 

Comment rencontrer d’autres petits éleveurs ?

 

Il existe aujourd’hui, dans de nombreuses régions, des associations d’éleveurs qui souhaitent valoriser la laine de leurs moutons. Pour les rencontrer, rapprochez-vous des chambres d’agricultures, parcourez les foires locales et rencontrez les associations d’artisans. Active depuis près de 40 ans dans toute l’Europe, l’association ATELIER Laines d’Europes, Association Textile Européenne de Liaison, d’Innovation, d’Échange et de Recherche, regroupe des éleveurs de moutons, de chèvres angora ou cachemire, de lapins ou d’alpagas, des tondeurs, des filateurs, des tisserands, des tricoteurs, des petits industriels, des artisans, des artistes et des chercheurs. Tous ensemble, ces passionnées de la matière laine ont recréés une filière laine et constitué un réseau à travers l’Europe et la méditerranée.

 

Des transformateurs artisanaux pour valoriser les petits volumes de laine

 

Face à la demande, certaines filatures se sont spécialisées dans le travail à façon de petites quantités de laine. Elles proposent le lavage, le cardage et le filage de la laine brut. D’autres proposent également la réalisation de vêtements. Ces pratiques permettent aux éleveurs qui souhaitent valoriser leur laine de diversifier leurs ventes et de proposer des produits autres que la viande ou le fromage.

En savoir plus sur la laine et son entretien

Comment porter un châle en laine ?

Comment porter un châle en laine ?

Chic ou bohème, le châle en laine se décline dans tous les styles. Pour un mariage, une soirée en ville ou une sortie champêtre, le châle en laine mérinos est l'accessoire qui saura à la fois marier le luxe avec la simplicité.   Écharpe ou étole en laine mérinos...

Couette en laine : quelle densité choisir ?

Couette en laine : quelle densité choisir ?

Pourquoi est-il important de connaître la densité d'une couette ? Il s'agit d'isolation thermique : plus la densité est élevée, plus la couette sera chaude et isolante. Pour augmenter la densité des nappes de laine, nous superposons des couches de ce léger voile de...

Combien faut-il de moutons pour faire un pull ?

Combien faut-il de moutons pour faire un pull ?

Combien de laine produit un mouton ? Combien de laine pour faire un pull ? Tout est relatif : tous les pulls ne pèsent pas le même poids et tous les moutons ne produisent pas la même quantité de laine. Un pull en pure laine taille adulte pèse entre 600 g et 1 kg...

Pourquoi choisir une chemise en laine mérinos ?

Pourquoi choisir une chemise en laine mérinos ?

La laine mérinos, comme toutes les laines locales, est sélectionnée depuis des siècles pour ses propriétés naturelles uniques. Les chemises en laine mérinos sont des vêtements qui protègent du froid et de l'humidité et apportent du confort dans toutes les situations....

Quelles sont les caractéristiques techniques de la laine ?

Quelles sont les caractéristiques techniques de la laine ?

Cet article est largement inspiré du site https://www.bw-yw.com et de Wikipédia. La laine est un matériau d'origine animale qui est constitué de fibres kératiniques, principalement d'ovins et utilisé dans la production textile, notamment pour ses capacités d'isolant...

Les secrets de fabrication d’une couette en laine

Les secrets de fabrication d’une couette en laine

Comment fabriquer une couette en laine ? Nous vous proposons une visite dans notre atelier de confection, en images, en textures et en couleurs, pour mieux comprendre comment nous fabriquons nos couettes, appelées également couvertures piquées (et vous comprendrez...