La sauterelle : une machine à coudre pour les couettes

Nous pouvons nous permettre de livrer rapidement nos couettes en laine, car nos couvertures piquées, contrairement à l’art minutieux du boutis, sont réalisées avec une machine à coudre dédiée : LA SAUTERELLE. Présentation de notre machine à coudre un peu spéciale.

 

Une machine à coudre de musée

 

D’où vient ce nom étrange de sauterelle, étonnant pour une machine à coudre ? Rien à voir avec la Grasshoper, qui signifie sauterelle en anglais. Fabriquées vers 1940 par l’entreprise Tarvaro SA à Genève, pour la marque suisse ELNA, ces machines à coudre résistantes s’étaient fait une place salvatrice dans les foyers pendant la guerre de 39-45 et la reconstruction de l’après-guerre.

Notre sauterelle à nous est une machine industrielle, et beaucoup plus rare. C’est pour ainsi dire une pièce de musée. Elle a été fabriquée par l’établissement Beyroux, à Paris. D’autres machines de ce fabricant servaient dans les années 1889, à coudre des voiles de bateaux. Celle que nous utilisons date de 1930. Sur la notice d’utilisation, il est écrit “Nouvelles machines brevetées à piquer les couvre-pieds, édredons, etc. – type Sauterelle ou éléphant.” Elle appartient à la catégorie des machines mobiles. Voyons de plus près son fonctionnement.

 

La sauterelle : une machine à coudre XXL

 

Comme on peut le voir sur la photo, la Sauterelle ressemble à une machine à coudre normale. Sa spécificité, c’est que l’on peut créer des motifs sur de grandes surfaces. Il suffit de tendre les tissus de couverture des couettes sur des rouleaux. La tête de la machine à coudre est montée sur des rails et fixée à un tabouret mobile. Cet ensemble bouge librement sur 2,60 mètres de largeur et permet à la couturière de se déplacer en même temps que la machine.

 

 

 

Grande maniabilité du bras pour coudre des motifs

 

sauterelle pour coudre les couettes en lainePour créer des motifs sur une couverture piquée, il suffit de faire preuve d’imagination. Les dessins sont d’abord tracés au crayon. Il faut cependant une bonne habitude de la machine pour coordonner la main et le pied et coudre le long du tracé.

 

couture du motif couverture piquée avec une sauterelle pour faire des couettes en laine

 

Matelassage des couettes en laine et en plume d’oie

 

 

Le matelassage n’est pas seulement esthétique : il permet de maintenir et de répartir la matière isolante, nappe de laine cardée ou duvet d’oie, dans des zones bien délimitées pour que la répartition soit homogène. C’est ainsi que la couverture restera chaude partout dans la durée.

 

couette en pure laine

 

Lire d’autres articles sur les couettes en laine

 

Comment entretenir une couette en laine ?

L’atelier de confection du Pigeonnier

Couette en laine de mouton bébé

Un article sur la fabrication de couettes en laine pas à pas est en préparation

Aucun commentaire

Laisser un commentaire